Skip to content

J’avais en moi ces mots

J'avais en moi ces mots
Tous plus beaux les uns que les autres

Assurée qu'ils trouveraient leur place
dans ma symphonie vespérale,
je me réjouissais déjà de mon écriture.

Et ce ne fût bientôt que cacaphonie
Ils se précipitaient, ils se chamaillaient
j'ai même dû en séparer qui se crêpaient le chignon.

Pauvre chef d'orchestre,
je ne parvenais pas à les mettre en rang sur la portée

Aubade sérénade du matin au soir.
ce chant des oiseaux ne trouvait ni le la mineur
ni le ré dièse ni le si bémol

Tous les do ré mi fa sol
se percutaient entre eux

Les vents d'est et d'ouest me les rabattaient
Jusqu'à ce qu'enfin
la pluie du nord
mit tout le monde en accord

Dans le silence

Anne

1 thought on “J’avais en moi ces mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.