Pemp bloaz ha tri-ugent, asambles, dorn ha dorn !
Ur pennadig brav hag eurejou koad-houarn !
Houarned mat, kredab, oa ho botou koad,
Evit beza baleet kement-se war ho troad.

Houarned mat ivez oa paviou ar loan
Pa kase ac’hanomp, Robin, da Kerdezant.
Ha kement-all houarned fons an deuchevo
Veze karget fonnus da pourmen tro war dro.

An houarn, awechou, a c’hell dont da vergliñ.
Inox kaled mat, sur oalac’h, eo oc’h ini,
Evit bezañ dalc’hed kement a garantez
A eil d’egile, bemdez, a hed ho puhez.

Karantez etrezoc’h, hag evit ar re all,
Da nond ket he welet, eo dister bezañ dall.
Ne c’hetint ket d’eoc’h chom keit-all dorn ha dorn
Mes ur pennadig brav, c’hoazh, a garantez –houarn !

Jean-Yves

——————————————-

Noces de palissandre

Soixante et cinq années, main dans la main, ensemble !
Des noces de bois de fer, ou noces de palissandre !
Bien ferrés, sans doute, étaient vos sabots de bois
Pour marcher aussi loin, tous les deux, pas à pas.

Les sabots du cheval, bien ferrés également
Quand Robinn tirait la charrette vers Kerdezant
Et la deuchevo devait être de bon acier
Qui, bien chargée, nous emportait à Plounevez.

Le fer, parfois, à la longue, s’en vient à rouiller,
Le vôtre, sûrement, devait être inoxidé
Pour que vous ayez maintenu tout votre amour
L’un envers l’autre, depuis ce temps, au jour le jour.

De l’amour entre vous, de l’amour pour les vôtres :
On ne peut qu’admirer votre attention aux autres.
Nous vous souhaitons donc, toutes et tous ensemble,
De tenir bon encore, comme le palissandre !

Jean-Yves

 

Douce à l’écurie
Bonne à l’attelage
(Embannadurioù Paysan Breton)

Skuizhañ ‘ra ar gazeg kozh o vezañ re gorvoet. Re fall-vaget. Re skourjezet.
Skuizhañ ‘ra o klevout aliesoc’h komz eus heiz eget eus kerc’h !
Hep morse ur ger prop, na morse ur flouradenn. Nag ur jestr a anaoudegezh vat evit he servij feal.
Hi ar wellañ kazeg ! Dont a ra da fallgaloniñ. Sevel a ra enni kasoni.
Dont a ra da daeriñ. Dont a ra da enebiñ, da skeiñ, da rual, da dantañ.
Re-gaset eo bet. Ha treñket eo he gwad.

« Breizh » eo anv ar gazeg-se…

 

Douce à l’écurie
Bonne à l’attelage
(Annonces du Paysan Breton)

La vieille jument se fatigue d’être trop exploitée. Trop mal nourrie. Trop fouettée.
Elle se fatigue d’entendre plus souvent parler d’avancer que d’avoine !
Sans jamais une bonne parole, ni une caresse. Ni un geste de vraie reconnaissance pour son fidèle service.
Elle la meilleure jument. Elle en vient à se décourager. La haine monte en elle.
Elle en pleure. Jusqu’à se rebiffer, frapper, ruer, mordre.
On lui en a trop demandé. Et son sang a tourné !

Cette jument-là s’appelle « BREIZH »

 

Anjela Duval (le 6 mars 1978). Traduit par Jean-Yves.

 

Warc’hoazh, abred, d’an eur ma wenna war ar maez,
—-Me a loc’ho. Gwell-ta, da c’hortoz a ouzan.
——–Mont a rin dre c’hoadou, treuziñ rin ar menez :
————Chom pell dec’h ouzhit ne c’hellan ket ken breman.

—————-Bale a rin, va sell war va sonjou staget.
——————–Ne welin ket tro-dro, ne glevin ket a komz,
————————Unan, dianv, pleget ha va daouarn croachet,
—————————-Trist, hag an deiz d’in me a vezo giz an nozh!

——————————–Ne sellin ket muioc’h eus aour ar pardaez
————————————Eget eus ar vouelou war Harfleur o tiskenn.
—————————————-Ha pa vezin erruet, e lakin war da vez
——————————————–Ur boked kelenn glaz ha bruk en ho bleuenn.

 Jean-Yves

Et pour les moins bretonnants, souris ici.

Brezel dindan ar bos, ha ni ne ouzomp ket
Evit errout du-hont, pe-seurt hent ho peus graet :
Dre hent-ouarn, dre hent-du, gant taxi, dre vale ?
Ur pennad hir, yantao, da pakaat Sant-Dizier !

Brezel dindan ar bos, hag ni a zo spontet !
Gant an strinkachou dir, ar c’hig zob et drailhet :
Un tamm bennag e Breizh eus Verdun digaset
Goude an distruj bras gant millierou lazhet.

Brezel dindan ar bos, eñvor ouzh ar fezier.
Er groc’hen eo mesket an ouarn hag an eskern:
Ur volsadenn iskis, un arzdorn distreset,
Un tamm eus an drailh vras, gant den ebet flouret.

Brezel dindan ar bos hor befe digoret,
‘N ho tro dro azezet, ho selaou lavaret,
O conta deomp du-hont, an orrol en ho penn,
Hag petra eo ar gêr:” Mervel war an dachenn”

Brezel dindan ar bos, ne raec’h ket kont alies
Eus Verdun, eus ar Marn, eus emgannou diaez;
Nag ped a vignoned war ho lerc’h dilosket,
Goloet gant ar pri, ragnet gant ar razhed.

Brezel dindan ar bos, ne oa anv nemet,
Er levriou istor, eus kalon ar paotred :
Ar gas hag an ifern, ar vuhez barz ar foz,
Den all ne c’helle konta an traou-se, Tad-Kozh!

*anv : lenn ano
Levriou : id.

Jean-Yves

Et « La bosse » en version française pour ceux qui ne komz pas brezhoneg comme ar breur vraz

La guerre est sous la bosse, mais nous ne savons pas
Le chemin que tu pris pour arriver la bas
Le train, le camion, le taxi, la marche à pieds
Combien de kilomètres pour rejoindre Saint Dizier

La guerre est sous la bosse et cela nous effraie
Par des éclats d’acier, la chair fut labourée
Quelques bouts de Verdun en Bretagne ramenés
Après une boucherie aux millions de sacrifiés

La guerre est sous la bosse, souvenir des tranchées
Sous la peau, fragments d’os et d’acier emmêlés
Boursouflure intrigante qui déforme le poignet
Un peu de casse-pipe que personne ne touchait

La guerre est sous la bosse, que nous voulions ouvrir
Assis autour de toi et t’écouter nous dire
Nous raconter là-bas, toi qui a vu l’horreur
Nous expliquer la phrase « mourir au champ d’honneur »

La guerre est sous la bosse, tu ne nous parlais guère
De Verdun, de la Marne, des batailles de l’Yser
Combien de camarades abandonnés là-bas
Sous des tonnes de boue, dévorés par les rats

La guerre est sous la bosse, l’héroïsme des soldats
Nos livres d’histoire ne parlaient que de cela
L’ypérite, le quotidien des tranchées, l’enfer
Tu étais seul à pouvoir nous le dire, Grand-père

Michel

Oh ! Nag pet martolod, nag a bet kabiten
A oa lohet laouen ‘trezek moriou estren
En dremwell tenval-se o deus e nem teuzet.
Nag pet a zo kollet, planedenn trist ha diaes
En ur mor hep kondon, un nozvezh loar-nevez
Dindan ar meurvor dall, da viken dour-veuzet.

Nag a bet mestrouer gant ho skipailh marvet.
Korventenn ho buhez ar pajennou ‘n deus troet
Hag gant ur c’hwezhadenn ingalet a youl-dour.
Den ne ouezo ho fin en isfont ho dilamm
Pep houladenn ganti e deus kaset he zamm :
Unan a gas ur vag, eben ur pesketaour!

Den ne ouezo ho lod, pourkaes pennou kollet
Ruilhet hoc’h bet a-dreuz an denval ec’honded
Pokan ho talliou dall d’ar reier diwalo.
Oh! Nag a tud en oad, gant un hunvre hepken
Zo marv o hedal bemdez war an traezhenn
A re ne deuint ket ken en-dro!

Anv a vez ouzoc’h, ‘n er veilhan a wechou.
Paotred laouen, aseset war kozh eoriou,
A vesk c’hoazh ur pennad hoc’h anviou skeudet
Gant c’hoarzhou, gant soniou, gant contadennou kaer,
Gant pokou d’ho merched kemeret a dro-laer
Hag e-touez ar bezin glaz, c’hwi a zo kousket

Goulenn a reer : « Pelec’h mein ? Roueed enezenn ?
Delesket hon eus evit gwelloc’h kostezenn?”
Hag buan ho c’houn ivez enkounac’haet a vo,
Ar c’horf en dour beuzet, er memor an anv.
An amzer, war ho skeud, skeud duoc’h a skuilho
Hag er meurvor dall, ar c’holl tenval daolo.

Buan ouzh hor gwell e tec’ho ho ledskeud.
Eman e’n deus ur vag, hennezh a troc’h keuneud.
O unan pad an nozh, gant an arne o tont
Ho merc’hed, gwenn ho zall, oc’h c’hedal inouet-du
A komz c’hoazh ouzoc’h en ur trein ar ludu
Ouzh o c’hoaled hag o c’halonn!

Pa ‘n deus ar bez erfin perserret o malvenn
Den ne oar oc’h anv, zoken un tamm mesklenn
Er vered strizh, e lec’h an heklev hor respond,
Zoken un alek glaz dizeliet gant ‘n avel,
Zoken ar zon eeunek hag unton bepred
A gan Yann ar Goulenn e korn ur c’hozhig pont!

Pelec’h emaint an dud beuzet e pad an nozh?
O donn, nag a istoriou skrijus o ouzoc’h!
Ar mammou daoulinet a zouj ar moriou don !
Ar pez en em contoc’h p avez ar mor e tont,
Hag ar pez a ro deoc’h mouezhiou deuet a zu-hont
A vez klevet en nozh, pa teuoc’h etrezekomp !

Jean-Yves

Pour ceux qui ont oublié (ou n’ont jamais appris) la version française

Il paraît que tweets signifie gazouillis. Je savais que ce terme était utilisé pour les bébés lorsqu’il commence à émettre des sons ; est-ce à dire qu’en tweetant j’émettrais des propos charmants mais inaudibles ? En tout cas, c’est très mode de tweeter puisque même l’animateur ponctuel et ponctué de nos vendredis soirs d’antan (et Robespierre) nous apostrophe au travers d’un livre « Les tweets sont des chats » .

J’aime les tweets parce qu’ils partent en silence, circulent en silence et arrivent en silence. Les tweets sont des chats. Bernard Pivot

Pour les pannes d’inspiration aussi ces petits machins sont pratiques : lorsque l’idée me traverse de vous envoyer un billet via ce blog, je dois cliquer sur Nouveau et je me retrouve avec un très grand carré blanc. Moi qui fut élevé avec ce symbole intrigant qui s’affichait en bas à droite de nos téléviseurs et qui mettait en émoi les parents, vous comprenez qu’il ne soit pas toujours simple d’écrire dans un carré de censure.

Voilà pourquoi, sur la droite de ce site s’affiche désormais ces « bruits légers produit par une personne, un animal ou une chose qui gazouille ». Quand on gazouille, on se retrouve face à un minuscule rectangle entouré d’un joli liseré (ça sonne presque comme lise roué) bleu et il est surtout impossible d’envoyer plus de 140 caractères ; et ça, même quand le cerveau s’anastasie et ne veut plus produire des longueurs, y a toujours moyen.

Avait-il trois ans? Je n’attendais de ce tout petit qu’un gazouillis dénué de sens (Frapié,Maternelle,1904, p. 17).

Mieux qu’un résumé, l’intégrale des épisodes 1 (ici), 2 (ici), 3 (ici) et 4 (là).

Avant de passer à table, et comme je vois qu’avec nos allers et retours vous avez un peu perdu la boussole, que vous ne savez plus réellement l’heure qu’il est, je me dois de récapituler. La plupart des bénévoles ont des services de quatre heures, par jour de festival, a assuré, mais pour nous, qui avons une gestion quasi-autonome, la seule exigence est que les six restos soient approvisionnés en temps et en heure, c’est-à-dire avant l’ouverture des portes aux festivaliers. Cela peut nous demander cinq à six heures de boulot si les frites ont toutes été dévorées la veille, mais, parfois, le réapprovisionnement est plus rapide. Dans cette histoire, il est environ 13h00 quand nous ramenons, vides, nos Petits Forestiers à la logistique alimentaire. Nous rendons les clefs des camions, notre journée de boulot est terminée, nous pouvons désormais attaquer notre journée de festivaliers, qui n’est pas forcément moins fatigante. Continuer la lecture

S'inscrire

  • Nos étoiles contraires de John Green
    Hazel, 16 ans, a les rêves et les préoccupations des jeunes de son âge. Mais la bonbonne d’oxygène, toujours dans son sillage, qui lui est nécessaire pour compenser le mauvais état de ses poumons ravagés par le cancer, l’empêche de s’y adonner pleinement....
  • La petite et le vieux de Marie-René Lavoie
    « J’étais parvenue à me convaincre que j’étais un garçon et je tenais à ce qu’on m’appelle Joe ». La première phrase du roman nous dévoile la force de caractère et le pouvoir d’imagination d’Hélène, l’héroïne de huit ans. Sa passion pour le feuilleton...

Avelevrioù

Bibliotheque